Résidence de tourisme et étudiante

Démarchage à domicile en VEFA

Règles protectrices relatives au démarchage à domicile en VEFA

La loi dite consommation ou Hamon, qui qualifie ce type de contrat de « contrat hors établissement ». Les règles protectrices du consommateur relatives au démarchage à domicile en vigueur en 2011 ont vocation à s’appliquer en VEFA.

1 – Applicabilité des règles relatives au démarchage à domicile

a) Les règles du démarchage à domicile s’appliquent au VEFA

En l’absence de législation particulière applicable à la vente en l’état futur d’achèvement, ce contrat est soumis aux règles protectrices relatives au démarchage à domicile. (Cour d’appel Reims, Chambre civile, section 1, 15 Avril 2014, N° 12/01932, SAS AKERYS PROMOTION, Numéro JurisData : 2014-009624)

b) Les règles du démarchage à domicile s’appliquent en cas de visite d’un professionnel à la demande du consommateur

La doctrine et la jurisprudence réaffirment régulièrement l’application des règles du démarchage à domicile, quelle que soit l’origine de la mise en contact :

« 37. – Visite d’un professionnel à la demande du consommateur – La question se posait dans le droit antérieur de savoir si le contrat conclu avec un professionnel alors que l’intervention de celui-ci avait été sollicitée par le consommateur constituait ou non un démarchage.

La loi nouvelle précise dans l’article L. 121-16, 2°, a) qu’il importe peu que l’initiative de la venue du professionnel ait été prise par le consommateur.

En revanche si le professionnel est amené à fournir d’autres pièces que celles nécessaires à la réparation, le droit commun des contrats conclus hors établissement s’applique ; c’est en ce sens que la Cour de cassation avait déjà jugé sous l’empire du droit antérieur (Cass. 1re civ., 3 juill. 2008 : Contrats, conc. consom. 2008, comm. 283, obs. G. Raymond ; D. 2008, p. 1991, obs. I. Gallmeister ; CA Paris, 2e ch., 23 nov. 2006 : JurisData n° 2006-321808 ; Contrats, conc. consom. 2007, comm. 110, obs. G. Raymond). » JURISCLASSEUR

La visite d’un professionnel à la demande du consommateur obéit aux règles du démarchage à domicile, y compris avant la loi Hamon ainsi que l’a jugée la cour d’appel de Paris dans un arrêt du 23 novembre 2006 :

« Dès lors que le vendeur s’est déplacé au domicile du copropriétaire pour estimer le logement et se charger éventuellement de sa vente en viager, et qu’une fois sur place, il a décidé d’acquérir le bien pour lui-même, il en résulte que l’opération de vente immobilière a été conclue à la suite d’un démarchage à domicile de sorte que le contrat, soumis aux formalités de l’ article L. 121-23 du Code de la consommation , aurait dû comporter un formulaire permettant l’exercice de la faculté de rétractation. Il y a donc lieu de la déclarer la promesse de vente nulle. »

Cour d’appel PARIS Chambre 2, section B 23 Novembre 2006 N° 05/23203 HUOT / SARL CEDRIC VIE, Numéro JurisData : 2006-321808

Cet arrêt a été confirmé par la Cour de cassation dans un arrêt du 3 juillet 2008 rendu dans la même affaire :

« cette opération de vente immobilière avait été conclue à la suite d’un démarchage à domicile, de sorte que, soumise aux dispositions des articles L. 121-21 et suivants du Code de la consommation , elle aurait dû comporter un formulaire permettant au vendeur d’exercer la faculté de renonciation. »

Cour de cassation Chambre civile 1, 3 Juillet 2008, Rejet, N° 06-21.877, Publié au Bulletin Société Cédric-vie Mme Huot, Numéro JurisData : 2008-044634, Résumé

Cette jurisprudence bien établie ne saurait qu’être confirmée par la juridiction de céans, car même si la loi « Consommation – Hamon » ne s’applique a priori pas directement, la directive communautaire dont elle émane doit inspirer le magistrat national dans son interprétation de son droit national:

« Le juge national est en effet invité, y compris dans les litiges entre particuliers, à interpréter son droit national à la lumière des directives afin d’obtenir un résultat conforme à celles-ci, ce qui ne lui permet pas toutefois de donner une interprétation contra legem du texte national ».

« Invocabilité des directives et des droits fondamentaux dans les litiges entre particuliers devant les juridictions nationales (CJUE, 19 janvier 2010) », Petites affiches, 12 mars 2010 n° 51, P. 3

2 – ABSENCE DE BORDEREAU DE RETRACTATION

L’irrégularité des mentions sur un bordereau de rétractation en VEFA, et donc a fortiori l’absence de bordereau, conduisent les juridictions saisies à annuler le contrat de réservation, ainsi que le confirme la cour d’appel de Reims dans un arrêt du 15 avril 2014 :

« Dès lors qu’un bordereau de rétractation présent sur un contrat de réservation d’une vente en l’état futur d’achèvement soumis à l’application du droit de la consommation, en l’espèce, ne comporte pas les mentions relatives à la computation du délai de rétractation et qu’au verso du formulaire de renonciation figurent des mentions totalement étrangères à la faculté de rétractation, c’est à bon droit que le tribunal a prononcé la nullité du contrat de réservation. »

Cour d’appel Reims, Chambre civile, section 1, 15 Avril 2014, N° 12/01932, SAS AKERYS PROMOTION, Monsieur Olivier BISIAUX, Madame Virginie LELEU épouse BISIAUX, Monsieur Olivier FIERS, SA BNP PARIBAS PERSONAL FINANCE, SAS C2F CONSEIL FISCALITE FINANCE Numéro JurisData : 2014-009624

Les mentions du bordereau de rétractation sont d’ordre public et le démarcheur ne peut, quelles que soient les circonstances, être autorisé à s’en affranchir ou à les adapter à sa convenance :

« Les dispositions protectrices du Code de la consommation applicables en matière de démarchage à domicile et relatives en particulier aux mentions du bordereau de rétractation sont d’ordre public et donc d’application obligatoire, de telle sorte que, sauf à les vider de leur sens, le démarcheur ne peut, quelles que soient les circonstances, être autorisé à s’en affranchir ou à les adapter à sa convenance. »

Cour d’appel Reims, Chambre civile, section 1, 15 Avril 2014, N° 12/01932, SAS AKERYS PROMOTION, Monsieur Olivier BISIAUX, Madame Virginie LELEU épouse BISIAUX, Monsieur Olivier FIERS, SA BNP PARIBAS PERSONAL FINANCE, SAS C2F CONSEIL FISCALITE FINANCE Numéro JurisData : 2014-009624

La Cour de cassation confirme l’annulation de la promesse de vente signée en raison de l’absence de bordereau de rétractation conforme dans un arrêt du 3 juillet 2008 rendu dans la même affaire :

« Le propriétaire d’un appartement a promis de le vendre, moyennant le service d’une rente viagère, à une société. Ayant relevé que, précédemment à la signature de la promesse de vente, la société, spécialiste en viager depuis vingt-six ans, s’était rendue au domicile du vendeur, à la demande de celui-ci, en vue d’une expertise gratuite, et qu’elle avait, au cours de cette première entrevue, formulé une proposition d’achat de l’appartement, la Cour d’appel en a exactement déduit que cette opération de vente immobilière avait été conclue à la suite d’un démarchage à domicile, de sorte que, soumise aux dispositions des articles L. 121-21 et suivants du Code de la consommation , elle aurait dû comporter un formulaire permettant au vendeur d’exercer la faculté de renonciation. »

Cour de cassation Chambre civile 1, 3 Juillet 2008, Rejet, N° 06-21.877, Publié au Bulletin Société Cédric-vie Mme Huot, Numéro JurisData : 2008-044634,

Le vendeur doit inclure dans le document contractuel un formulaire permettant au vendeur d’exercer la faculté de renonciation conformément aux articles L121-21 et suivants du code de la consommation relative au démarchage à domicile.

A défaut, le contrat de réservation et l’acte authentique de vente signé sont donc nuls.

3 – L’absence de mention du nom du démarcheur

L’article L121-23 du code de la consommation dispose :

« Les opérations visées à l’article L. 121-21 doivent faire l’objet d’un contrat dont un exemplaire doit être remis au client au moment de la conclusion de ce contrat et comporter, à peine de nullité, les mentions suivantes :

1° Noms du fournisseur et du démarcheur ».

Le contrat de réservation et l’acte de vente doivent de ce fait être annulés.

Dans la même rubrique

Sous-location d’une résidence défiscalisée

La sous-location de locaux commerciaux nécessite l'autorisation du bailleur La condition de l'autorisation du bailleur dans le cadre d'une sous-location de locaux commerciaux Conformément à l'article L145-31 du code de commerce : « Sauf stipulation contraire au bail...

Résidences de tourisme : l’agent immobilier condamné

L'agence immobilière doit alerter ses clients sur les risques Résidence de tourisme et Agence immobilière : obligation d'information et de conseil Dans un arrêt du 8 février 2018, la troisième chambre civile de la Cour de cassation a rappelé qu'une agence immobilière,...

Achat résidence de tourisme Vente annulée

Annulation vente pour tromperie Annulation de la vente d'un appartement défiscalisé pour dol Résumé : L'acheteur d'un appartement dans une résidence défiscalisée trompé par une simulation financière trompeuse obtient l'annulation d'une vente immobilière, du prêt et du...

Résidence de tourisme : un bail de 9 ans ferme

Résidence de toursime : absence de résiliation triennale du locataire commercial 1°) Une durée de 9 ans sans exception (L'article L. 145-7-1 du code de commerce est d'ordre public) La durée du bail commercial d'une résidence de tourisme est obligatoirement de 9 années...

Résidence de tourisme : résiliation par le locataire

Le promoteur d’une résidence de tourisme peut-il demander le remboursement de l’aide au démarrage si le locataire résilie le bail plus tôt que prévu ? Voici l’analyse d’un cas concret, par notre spécialiste du droit immobilier. Absence de garantie de loyers sur 9 ans...

Résidence de tourisme : résiliation du bail par l’exploitant

Résidence de tourisme: locataire n'a pas le droit de résilier le bail commercial après 3 ans De nombreux propriétaires en résidence de tourisme ont la surprise de recevoir de l'exploitant une lettre de résiliation de contrat de bail commercial. Des groupes...

Résidence : Renonciation à l’indemnité d’éviction

Est-ce que les contrats signés au moment de la signature du bail commercial d'une résidence de tourisme peuvent faire renoncer le locataire à son indemnité d'éviction en cas de non renouvellement du bail ? Action collective de trois bailleurs propriétaires d'une...

Résidence de tourisme : Récupérer les loyers impayés

Que doit faire le propriétaire bailleur en cas de loyers impayés en résidence de tourisme ? Résidence de tourisme ou résidence étudiante: Un propriétaire bailleur est parfois confronté à son pire cauchemar : le locataire exploitant la résidence  arrête de payer son...

Résidence de tourisme : qui paye les frais d’accueil ?

Les copropriétaires d'une résidence de tourisme sont-ils obligés de payer les frais de réception ? Résumé Les copropriétaires qui gèrent eux-mêmes leur lot n'ont pas à payer pour les frais de réception et d'accueil au rez-de-chaussée. Il s'agit d'un service et non...

Résidence de tourisme : nouvelles règles applicables

Résidence de tourisme : la réponse ministérielle rappelle les règles légales Le ministre rappelle l'information obligatoire du futur acheteur en résidence de tourisme, dont le bien sera soumis au statut contraignant des baux commerciaux et notamment du paiement d'une...

Résidence de tourisme : mensonges pré-contractuels

Ex. 1 : Indemnisation de la perte locative et du préjudice moral Thème : litige relatif à l’information précontractuelle. Solution : le vendeur des lots et l’intermédiaire en charge de leur commercialisation ont engagé leur responsabilité en n’avertissant pas...

Résidence de tourisme : l’exploitant et les parties communes

Résidence de tourisme : l'exploitant condamné pour utilisation des parties communes Thème : utilisation sans autorisation des parties communes par l'exploitant de la résidence de tourisme Solution : le syndicat des copropriétaires peut opposer le règlement de...

Résidence de tourisme : gestion de patrimoine condamnée

Violation de l'obligation d'information et investissement en résidence de tourisme : une société de gestion de patrimoine condamnée Sur le conseil d'une société en gestion de patrimoine, une cliente décide de souscrire à une opération de défiscalisation en réalisant...

Résidence de tourisme : condamnation du promoteur-vendeur

Résidence de tourisme : une décision extra-ordinaire En bref: Condamnation sur le manquement à l'obligation précontractuelle d'information, Le fondement de l'article 1147 du code civil et de l'article L.111-1 du code de la consommation, subsidiairement sur le...

Résidence de tourisme : baisse des loyers, conseils

Comment le copropriétaire bailleur peut-il s'opposer à la baisse des loyers ? Les exploitants de résidence de tourisme renégocient de plus en plus souvent à la baisse les loyers. Cette baisse des loyers proposées par l'exploitant se produit dans les ¾ des cas au...

Posez votre question

Nous répondrons avec plaisir par écrit ou par téléphone dans la journée (max. 2 jours).